ELECTRONIQUE 3D
L'ELECTRONIQUE FACILE ET AMUSANTE
Aider le site

Alimentation robuste pour transceivers de radio-amateur

 - Le cœur de cette alimentation est un régulateur de tension tripode du type LM338, composant très populaire dans le monde du radio-amateurisme.
 Le LM338 est en mesure de fournir 5 A sur une plage de tensions de sortie allant de 1,2 à 32 V; il est pourvu de tous les dispositifs de sécurité classiques contre toutes les catastrophes imaginables possibles tels que surcharge, déclenchement thermique, surtension, limite interne etc... Nous avons prévu, dans le cas de la présente alimentation, quelques protections additionnelles qui en font une alimentation particulièrement adaptée aux transceivers portables et mobiles de faible et moyenne puissance, travaillant en VHF/UHF (ham) et en 27 MHz.
 Les diodes D4 et D5 constituent un trajet de décharge des condensateurs C1 et C2. La diode D8 protège l’alimentation contre une erreur d’inversion de polarité au niveau des bornes de sortie. Le condensateur C1 assure un découplage HF et participe à la réjection de la tension de ronflement qui passe ainsi de 60 dB à quelque 86 dB. Si le point nodal R1-R2 n’est pas mis à la masse par le biais de l’inverseur S1a, le transistor T2 entre en conduction, forçant le régulateur à utiliser la diode zener D7 en tant que référence de tension (13 V). La tension de sortie fournie par l’alimentation sera alors de 12,3 V. Cependant le transistor T2 sera bloqué de sorte que la tension de sortie de l’alimentation sera de l’ordre de 8,8 V.
 L’inverseur high/low sera utilise pour le contrôle du niveau de puissance HF de transceivers VHF/UHF de poing modernes. Le transistor T1, un PNP du type BC557, remplit une fonction de détecteur de destruction de fusible. En cas de fusion du fusible F1, T1 entre en conduction, provoquant ainsi l’allumage de la LED D6. Si, pour quelque raison que ce soit, la tension de sortie de l’alimentation dépasse 15 V, le thyristor Thr1 sera amorcé (en moins d’une microseconde normalement).
 Si vous pensez qu’une telle mesure à base de « crowbar » (un vrai court circuit en fait) est trop radicale, rappelez-vous que les circuits intégrés numériques requièrent une protection d’une telle efficacité vu qu’ils n’apprécient guère les surtensions. En cas d’activation, la « crowbar » entraînera la destruction du fusible empêchant ainsi l’alimentation de détruire elle des circuits intégrés bien plus coûteux.
 Les 2 LED prises sur les contacts de l’inverseur S1b servent, non seulement d’indicateurs high/low, mais également à signaler la présence de la tension d’alimentation sachant qu’elles s’éteignent lorsque la tension du secteur tombe à moins de quelque 160 V. Il faudra, si vous envisagez de faire travailler cette alimentation à un régime élevé, doter le régulateur de tension IC1 d’un radiateur aux dimensions aussi importantes que possible. Le minimum est, à notre avis, un radiateur SK129 de Fischer. 
© Elektor 1999
Recherche sur le site