Oscillateur à pont de Wien













Oscillateur à pont de Wien
Cliquer pour agrandir



Pour que le site continue faire un don

- Voici une configuration qui s’apparente fort, à première vue, au classique oscillateur à pont de Wien. Une variante quelque peu différente, pourtant, puisque l’accord ne dépend ici que d’un seul composant, avec l’avantage considérable qu’il ne requiert pas de potentiomètre stéréo à tolérance étroite, mais qu’un potentiomètre simple ordinaire fait l’affaire. On se retrouve ainsi avec P1 comme réglage unique et dans le cas présent, la plage s’étend de 340 Hz à 3,4 kHz.
L’équivalent du pont de Wien se compose donc de R1 / C1 et R2 + P1 / C2. Mais comme le célèbre facteur 3 d’atténuation n’est plus de mise, le critère d’oscillation à satisfaire réside dans la valeur du courant de réaction dans R2+P1.
Un seul amplificateur opérationnel ne nous suffit plus, nous devons faire appel à un étage inverseur, IC1b, dans lequel D1 et D2 ont pour tâche la stabilisation d’amplitude. Au moment de déterminer les valeurs de chaque composant, on s’accordera à maintenir une certaine homogénéité entre R4 d’une part et R5, R6, R7, P2, D1 et D2 d’autre part. Le potentiomètre P2 est placé de manière à ce que la sortie ne soit pas soumise à la tension d’alimentation.
Une disposition qui fournit la distorsion minimale, d’ailleurs le prototype nous a permis de mesurer moins de 0,1 %. À la recherche des meilleurs résultats, il est payant d’expérimenter quelque peu avec les valeurs de R5, la résistance parallèle R6 et P2. Pour régler la fréquence, on peut choisir P1 aussi bien linéaire que logarithmique, ce dernier fournit même une échelle plus « linéaire ». En théorie, la fréquence est prescrite par la formule 1/(2π × R1 × C1 × √α), dans laquelle α remplace le rapport (R2+P1) / R1. En outre, R3 = R1 et C1 = C2.
L’honnêteté commande de mentionner que l’avantage de la simplicité de réglage s’accompagne d’un inconvénient. La fréquence d’oscillation présente une certaine dépendance à l’amplitude, que le dispositif de stabilisation mis en œuvre ici ne peut complètement corriger. Dans les applications critiques, le montage de stabilisation D1 / D2 doit céder la place à un vrai circuit de régulation d’amplitude.
La consommation de l’ensemble, sans charge, s’établit autour de 4 mA. Sous ±15 V d’alimentation, la tension de sortie maximale se monte environ à 9,4 Veff. Avec l’amplificateur opérationnel utilisé ici, un TL072, le circuit fonctionne dès ±5 V.
Source Elektor




Livre d'or  Livre d'or